Aujourd’hui, la plupart d’entre nous a conscience de la nécessité de protéger l’environnement par des gestes quotidiens : tri, recyclage, achat de seconde main, éviter le suremballage voire les emballages tout court, plus de sacs plastiques mais des sacs réutilisables…

Nous avons tous acquis un ou plusieurs de ces réflexes.

Mais lorsque nous partons en voyage, nos repères changent et nous abandonnons la plupart du temps nos bonnes habitudes.

Sur un voyage de 15 jours, un voyageur utilise en moyenne :
– 55 petites bouteilles d’eau
– 18 sacs plastique (pour acheter les bouteilles d’eau, les souvenirs, de la nourriture ou autre)
– autour de 10 contenants en plastique (en-cas sur le pouce, déjeuner à emporter)
– entre 6 à 30 pailles selon que vous ayez ou non des enfants ou que vous soyez amateur de cocktails

En dehors de l’Europe et de l’Amérique du Nord où l’on peut facilement trouver des containers pour recycler, la plupart des pays où nous voyageons ne propose pas de tri ou de recyclage et les déchets sont rejetés dans la rue, dans la nature ou dans des décharges à ciel ouvert. Certains des objets mentionnés ci-dessus sont d’ailleurs souvent non recyclables.

Pourquoi ne pas reproduire vos gestes écologiques du quotidien en vacances ? Cela demande de prendre de nouvelles habitudes, de s’organiser un peu mais permet de minimiser l’impact de vos vacances sur l’environnement.

S’il ne vous faut que deux essentiels pour commencer, ce sont :
– une gourde (isotherme de préférence, surtout si vous allez dans un pays chaud)
– un tote bag ou sac en tissu
Avec ces deux items, vous réduisez déjà de façon considérable le nombre de déchets produit.

La gourde passe en bagage cabine. Présentez-la vide (impérativement) et ouverte lors du passage de la sécurité, bien en évidence dans un bac. Vous pouvez la remplir dans les toilettes ou aux fontaines à eau de l’aéroport. En inox, version thermos, elle peut garder l’eau fraîche pendant 24h ou votre thé chaud pendant 12h !
A destination, vous pouvez la remplir avec de l’eau du robinet si elle est potable, à des fontaines à eau (dans les halls de certains hôtels, centres commerciaux, au buffet des petits déjeuners… Notre œil s’exerce vite à les dénicher !).
Si l’eau sur place n’est pas potable, il existe des pailles filtrantes qui éliminent 99.99 % des bactéries (comme un comprimé classique purifiant l’eau).

Le tote bag se transporte partout. Léger, il ne pèse rien, pliable, il ne prend pas de place. Il vous permettra de refuser le sac en plastique que l’on vous donne systématiquement dans certains pays, en plus de vous servir de sac de plage (par exemple).

Si vous voulez aller plus loin dans cette démarche, voici d’autres alternatives aux objets en plastique :
Contenant en inox avec sa cuillère (passe en cabine)
Serviette de table en tissu (se lave facilement et sèche en une nuit)
Sacs à vrac : petits sacs en tissu permettant d’acheter tout aliment sec : de la farine (peu utile en voyage, on vous l’accorde) aux fruits secs en passant par les biscuits ou muffins du goûter si vous craquez sur place
– le thermos spécial thé ou café (la gourde est souvent suffisante)
– Les pailles en inox. Vendues avec un petit goupillon pour les nettoyer, elles permettent de remplacer leurs cousines en plastique (abusez du « no straw thank you »)

Pour vous faciliter la vie, préparez-vous un kit avec un contenant, sa cuillère, sa serviette et sa paille dans un sac à vrac. Tout en un !
La gourde doit rester à part pour pouvoir être facilement accessible.

Si cela vous semble beaucoup d’un coup, vous munir d’une gourde et/ ou d’un tote bag est déjà un geste significatif et prend peu de place !

Pour illustrer cet article, quelques photos du voyage de Julie en Nouvelle-Zélande et en Australie. Armée de son thermos en inox, elle traque inlassablement les points d’eau potable.

Et vous, quelles sont vos bonnes habitudes écologiques en voyage ? Partagez-les avec nous !